Meltina RPG Index du Forum
 
 
 
Meltina RPG Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Opale

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Meltina RPG Index du Forum -> Archives -> Archives Fiches
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Opale
Métamorphe

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mai 2008
Messages: 8

MessagePosté le: Dim 18 Mai - 18:07 (2008)    Sujet du message: Opale Répondre en citant

Opale




Civilité


Nom:
Prénom: Opale
Age: 20 ans
Race: métamorphe
Métier / Classe:
Langage: commun / loup


Apparence Physique


Age apparent: 20 ans
Yeux: gris violet
Cheveux: longs cheveux souvent attachés en tresse.
Taille: 1m65
Poids:
53 kg
Couleur de peau: légèrement métissée
Description détaillée:
Opale est une jeune femme tout ce qu'il y a de plus banal. Ni trop grande, ni trop petite, elle passe inaperçue. Une silhouette fine, sans trop l'être, assez musclée même si ça ne se voit pas vraiment. Elle a de longs cheveux bruns qui lui arrivent en dessous des fesses, souvent attachés en une longue tresse, de temps en temps elle attache une fleur dedans. Ses yeux ont une couleur qui varie entre le gris et le violet.
Elle est souvent habillée d'un simple pantalon violet, et d'un léger t-shirt beige, elle ne se préoccupe pas de savoir si elle plait aux autres. Elle a accroché des petites cordelettes autour de ses bras.
Sous sa forme animale, elle est une louve très belle au pelage blanc-ivoire, seules ses pattes avant et son museau sont noir.



Description morale


Qualités: courageuse, sait ce qu'elle veut, peut (parfois) être drôle.
Défauts: têtue
Description détaillée:
Opale a un comportement difficile à cerner. Elle est plutôt calme et sereine, elle est souvent naïve et elle se laisse beaucoup marcher sur les pieds. Néanmoins elle est peut devenir une vraie teigne si elle remarque qu'on se fiche d'elle, et pourtant elle est dure à énerver. Elle est courageuse et parfois trop téméraire, elle se croit plus forte qu'elle ne l'est. Elle déteste qu'on la sous-estime. Un de ses plus gros défauts est d'être têtue.
De plus, elle a un caractère que l'on pourrait qualifier de « gamine », elle a un humour... étrange... Elle est pratiquement tout le temps de bonne humeur, mais lorsqu'elle s'énerve il ne vaut mieux pas être dans les parages.



Combat


Equipement: un grand bâton.
Armes: aucune.
Armures: aucune.
Pouvoirs:
-Métamorphose en loup
-Force décuplée
-Cicatrisation accélérée sauf en cas de blessure infectées par l'argent (une blessure causée par de l'argent cicatrisa aussi vite qu'une blessure normale chez un humain)
-Sens sur-devellopés

Compétences:
très forte en arts martiaux.


Histoire


Petite fille aux cheveux noirs...
Petite louve ivoire...
Petite fille courageuse...
Petite louve teigneuse...


Contrairement à ce que l'on pourrait penser ma vie n'a pas débuté lors de ma naissance. Oui, je sais, ce que je dis est étrange. Pourtant c'est la vérité. Elle a débuté lorsque je vis mon dixième printemps, mais laissez-moi vous expliquer...

Je ne me souviens pas des dix premières années de ma vie, je n'en ai aucun souvenirs si ce n'est une petite contine qui m'est apparue en rêve il y a déjà bien longtemps. Donc ma vie a débuté un matin où le soleil tapait fort dans le ciel, j'étais nue, fatiguée, assoifée, et affamée. Bien entendu je me demandais ce que je faisais là, pourquoi, et comment j'étais arrivée là. Mais le pire dans tout ça c'était: qui étais-je? Je me suis levée et j'ai regardé. Du moins ce qu'il y avait à regarder. Autour de moi, il n'y avait rien, rien à part du sable. D'ailleurs comment pouvais-je savoir que cela s'appelait du sable? Et ça le soleil? Mon réveil avait été assez pénible et j'étais complètement perdue.

Je me suis mise à marcher -où avais-je appris?- sans savoir où j'allais. J'ai marché pendant des heures et des heures, je suis tombée plusieurs fois, je croyais voir des choses mais ces dernières n'étaient pas réelles. C'était un vrai cauchemard, je croyais vraiment que j'allais mourir. Imaginez un peu, une gamine de dix ans complètement perdue dans le désert. Au bout d'un moment, mon regard troublé est tombé sur un vieux bâtiment, ça ressemblait à des ruines. Je m'y suis arrêtée, et me suis assise à l'ombre d'une grosse pierre, épuisée. Mes yeux se sont fermés tous seuls... et je me suis endormie.

Quand je me suis réveillée, je me trouvais dans une tente. Je n'ai d'abord rien vu, si ce n'est la toile au-dessus de moi. Lentement, j'ai tourné la tête et aperçut une femme qui me tournait le dos, une cape lui recouvrait la tête. Elle semblait préparer quelque chose. Je me suis redressée sur la couchette où j'étais installée, la femme m'a entendu et elle s'est retournée vers moi. Elle était jeune, la trentaine pas plus, de longs cheveux blonds dépassaient de sa capuche, ses grands yeux bleus me regardaient avec curiosité tout en étant chaleureux. Son visage était magnifique, presque angélique, du moins une moitié. La partie droite de son visage était ravagée par des cicatrices, je ne saurais dire ce qui les avait causé. Son œil droit n'avait pas été endommagé. Elle s'est approchée de moi en souriant, un bol à la main:


- Tu es enfin réveillée. Tiens bois ça, cela te fera du bien.

Je n'arrivais pas à détacher mon regard de son visage angélique et balafré, malgré tout elle continuait de me sourire. Lentement, j'ai, tout de même, baissé les yeux vers le bol et l'ai pris avant de le ramener à mes lèvres et de boire le breuvage. C'était chaud, chaud mais pas brûlant, le liquide coula dans ma gorge et me réchauffa le corps. Quand j'eus fini, un large sourire apparut sur mon visage et je tendis le bol à la femme. Elle rit.

- Ça fait du bien de te voir sourire! Attends je vais t'en donner d'autre.

Elle retourna devant ce qui ressemblait à une petite table et me servit un autre bol qu'elle me ramena. Je le bus sans patienter, c'était tellement bon. Quand mon estomac fut rempli, elle vint s'asseoir près de moi en souriant. Une de ses mains vint retirer une mèche de mes cheveux qui me barraient le visage. Elle souriait tout le temps, et moi je ne pouvais détacher mon regard de son visage. Malgré les cicatrices, je le trouvais beau.

- Tu es mignonne. Dis-moi, que faisais-tu seule dans le désert? C'est dangereux tu sais, si je ne t'avais pas trouvé, tu ne serais plus de ce monde à l'heure qu'il est.

Je comprenais ce qu'elle me disait, mais je ne comprenais pas qu'il fallait que je réponde, c'était comme si je ne savais pas parler, ce qui était le cas d'ailleurs. Je me contentais d'incliner la tête sur le côté, en la regardant avec curiosité. J'essayais même de faire bouger mes lèvres pour produire les mêmes sons qu'elle, ce qui la fit rire une nouvelle. Son rire était comme une fine pluie qui coulait le long de ma peau et me faisait frissonner, l'entendre rire me faisait sourire.

- Je vois que tu ne sais pas parler. Mmh, comment pourrais-je faire? Je suppose que tu ne peux pas me dire comment tu t'appelles? Je m'en doutais. Si ça se trouve tu ne sais même pas quel est ton nom...

Je la regardais parler toute seule, intriguée par ses lèvres qui bougeaient et des sons qui sortaient de sa bouche. Elle semblait perdue dans ses pensées, elle balayait la tête du regard, moi, je la regardais elle. Qui était-elle? D'où venait-elle? Pourquoi m'avait-elle sauvé? Elle sembla entendre mes pensées car elle se reconcentra sur moi et dit, toujours en souriant:

- Je m'appelle Elymède, mais tu peux m'appeler Ely, enfin... quand tu parleras.


Elle rit et je me rendis compte que cette rencontre fut le début de ma vie.
Les jours passèrent. Elymède m'appris plein de choses, pour la plupart insignifiantes, mais je m'y intéressais vraiment. Elle m'appris le nom des objets qui nous entouraient, la nuit elle me montrait les étoiles, le matin elle m'appris à traire les chèvres. Elle parlait beaucoup, contrairement à moi, qui n'avait encore pas prononcé un seul mot depuis mon arrivée. J'avais découvert qu'elle avait installé son petit campement à la lisière d'une forêt. Ou une jungle. C'était difficile à dire. Elle m'expliqua qu'elle était une nomade solitaire. Oh ça n'avait pas toujours été comme ça, elle avait eu un mari et un fils il y a quelques années, mais ils étaient morts, la laissant seule avec ses deux chèvres et sa jument. Jamais elle n'évoqua la cause de leur mort, mais je compris très vite que les cicatrices qu'elle portait au visage datait de ce jour.

Au bout de quelques semaines je m'étais habituée à vivre avec elle et elle aussi. Je l'aidais dans ses tâches quotidiennes, et elle était heureuse que je sois là. De temps en temps, elle essayait de me faire parler en me posant des questions sur moi. Mais je ne répondais jamais, déjà d'une parce que je n'en avais aucune idée et de deux parce que je n'arrivais pas à prononcer un son. Mais Ely était patiente, elle ne m'en voulait pas. Je l'écoutais parler, elle le faisait tout le temps, j'aimais écouter le son de sa voix, et le soir elle me chantait une berceuse pour m'endormir.

De temps en temps, on changeait de place, on rangeait le campement le matin, on marchait toute la journée et dès que l'on trouvait un endroit à notre goût on défaisait le campement pour y rester plusieurs jours. Une petite routine c'était installée entre nous, et on était heureuse.

Néanmoins, un soir quelque chose changea et bouleversa nos quatre semaines passées ensemble...

J'étais dehors en train de ranger la vaisselle tout en écoutant chanter Ely qui se trouvait à l'intérieur de la tente. La nuit commençait à tomber tout doucement. Cela faisais déjà deux jours que j'étais malade, je transpirais beaucoup et j'avais de la température, Ely m'avait donné quelques remèdes de sa composition, mais ça ne me fit rien. Ce soir là, je me sentais très mal, mon corps entier tremblait et transpirais. Mon regard se posa alors sur l'horizon, là où le soleil commençait à disparaître et où le ciel s'assombrissait. Je le regardais jusqu'à ce qu'il disparaisse complètement. La voix d'Ely était lointaine, je l'entendais de moins en moins. Puis le disque d'or disparut, remplacé par le disque argenté...

Mon regard tomba sur la Lune et là mon corps me fit souffrir comme jamais. Je lâchais les assiettes que je tenais à la main et croisais les bras sur ma poitrine comme pour empêcher la douleur de se propager. J'avais fermé les yeux, je sentis une présence près de moi, Ely avait été appelé par le bruit des assiettes brisées. Elle me parlait mais je ne l'entendais pas, mes oreilles bourdonnaient. Puis ça commença. Je sentis mon corps changer, j'ouvris des yeux écarquillés de frayeur alors que je regardais mes mains se recouvrir de poils et mes doigts s'allonger pour devenir des griffes. Mon nez disparut, remplacé par un long museau blanc. Je me mis à hurler, ce fut le premier son qui sortit de ma bouche depuis que j'étais « née ». J'apperçus vaguement Elymède qui s'était reculée à plusieurs mètres de moi. Mes bras et mes jambes disparurent pour devenir des pattes recouvertes de poils blancs. Quand la transformation fut terminée, je me suis écroulée sur le sol.

Ma respiration était saccadée, je ne bougeais plus, mais mon regard était posé sur Ely qui me regardait avec des yeux effrayés. Que s'était-il passé? Je me sentais bizarre, je voyais des choses que je n'avais jamais vu, le monde autour de moi semblait changé, j'entendais et voyais des choses dont je n'avais jamais eu conscience. Au bout de plusieurs longues minutes à se regarder, Ely finit par se lever et par s'approcher de moi lentement. Elle semblait toujours effrayée mais elle surmontait sa peur. Je tremblais, je n'osais pas bouger. Quand sa main se posa sur mon corps, je me crispais.


- J'ai peur, mais je vois que tu es encore plus effrayée que moi.

Elle commença à me caresser en partant de la tête et en descendant jusqu'à mon dos. Je tremblais toujours, mais je me calmais petit à petit.

- Alors comme ça tu es un loup-garou... Mais j'ai l'impression que toi-même tu ne le savais pas. C'est étrange...

Elle leva les yeux vers le ciel, tandis que moi-même ne pouvait la lâcher du regard. Je voyais sa peur se dissiper alors qu'elle recommençait à chanter. Sa voix m'appaisa et calmait l'étrange envie qui m'avait pris. L'envie de manger... de me nourrir... mais pas la nourriture que je mangeais habituellement, j'avais envie de sang... Ely avait semblé le deviner car elle continuait de chanter pour me calmer, étrangement, je finis par m'endormir.

Quand je me suis réveillée le lendemain matin, j'étais allongée sur mon lit et j'étais sous forme humaine, comme si ce qui s'était passé la veille n'avait été qu'un cauchemard. Ce qui était peut-être le cas d'ailleurs. Je me suis levée avant de me rendre compte que j'étais nue. J'ai cherché autour de moi mes vêtements sans les trouver. Sans avoir honte j'ai rejoins Ely dehors, nue. Elle était assise sur un arbre mort et recousait mes vêtements. Une expression d'horreur s'afficha sur mon visage.


- Oh tu es réveillée... Mais qu'est-ce que tu as?


Elle posa les vêtements près d'elle et vint vers moi pour me serrer dans ses bras. La chaleur de son corps me réchauffa malgré la température déjà élevée à l'extérieur. Je m'effrondrais en larme dans ses bras. Ely me caressa les cheveux d'un geste tendre comme elle l'avait fait la veille quand je n'étais plus moi. Elle finit tout de même par mettre fin à notre étreinte et me regarda dans les yeux avant de rentrer dans la tente. Je la regardais faire et elle sortit avec une longue tunique rouge qu'elle m'aida à enfiler.

- En attendant que je finisse de recoudre tes vêtements, je te prête ça.

Puis elle me demanda de m'asseoir en face d'elle, tandis qu'elle se remettait à coudre. Mes vêtements avaient déchirés lors de ma transformation de la veille. Quand elle me parla, ce fut d'une voix douce et posée.

- Ce qui s'est passé hier soir était assez inatendu, je n'aurai jamais pensé que tu étais une métamorphe. Mais ça ne me gêne pas, le seul problème ça va être de te nourrir les soirs de pleine lune. J'ai réussis à te calmer hier soir, mais si je n'avais pas été là, qui sait ce que tu aurais pu faire. J'ai eu affaire à un loup-garou il y a longtemps, si je n'avais pas eu de viande sous la main, il m'aurait sûrement tué.


Elle rit doucement, alors que moi-même la regardait avec des yeux effarés. Elle prenait ça à la rigolade, alors que quelques minutes plus tôt, j'avais peur qu'elle me rejette. Mais au contraire, elle semblait presque... heureuse...


- En tout cas, je suis contente, j'ai enfin entendu ta voix hier. Bon ce n'était pas vraiment la tienne, mais c'était un début.

Elle me sourit et je sus que ce qui s'était passé, ne changerait rien entre nous. Je lui rendis son sourire.

Notre routine continua doucement. Puis un jour, deux semaines après ma transformation, Ely décida qu'il fallait qu'on change de place. Elle m'expliqua qu'un marché avait lieu à quelques kilomètres d'ici, et qu'elle aimerait acheter quelques trucs. Je fus effrayée à l'idée de rencontrer d'autres personnes. Je ne connaissais qu'Ely après tout. Mais elle me promit de me tenir la main.

On arriva au marché en fin de journée après avoir marché tout le jour. J'étais épuisée et Ely me fit monter sur la jument. Le marché était très grand et remplit de monde. Je regardais les gens avec curiosité, des femmes, des enfants, des hommes, des vieillards. Il y avait de tout. Les commerçants appelaient les gens pour qu'ils viennent acheter leurs produits. Ely se fit héler plusieurs fois mais elle ne répondait pas: elle devait avoir l'habitude. Elle se dirigea vers une étale en particulier. Une vieille femme vendait des étoles. Ely en acheta plusieurs. Puis on continua notre chemin et elle acheta plusieurs choses: des épices, des légumes, des fruits, des vêtements pour elle et moi. Au bout d'un moment j'aperçus quelque chose qui m'intrigua, je sautais du cheval et alla voir l'étale, Ely me suivit doucement. Là, au milieu des breloques en tout genre, était posé un colier. J'en tombais sous le charme tout de suite: le pendentif représentait le ying et le yang. Il était tout simple, mais je l'aimais déjà. Ely sourit et l'acheta sans que je ne lui ai rien demandé. Depuis je ne le quitte plus.


Les années passèrent ainsi, un an, deux ans... le temps filait à tout allure. En moi rien n'avait changé, à part mon corps qui grandissait doucement pour devenir un jour celui d'une femme, j'étais toujours la petite fille qu'Elymède avait trouvé dans le désert. Je ne parlais toujours pas, malgré les deux ans passés avec elle. Ely avait pris l'habitude de parler toute seule, mais elle savait que je l'écoutais, alors elle était heureuse. Notre routine était toujours la même, mais des choses avaient changées, le soir, Ely prenait plaisir à coiffer mes longs cheveux bruns, pendant ce temps elle me racontait sa vie d'autrefois, quand elle était jeune. Et moi, je l'écoutais, et j'enregistrais tout. De plus, tous les mois, Ely se préparait pour les soirs de pleine lune. Aucune de nous n'avait peur de ma seconde forme, on s'y était habituée.

On s'était installée au bord d'un lac. Un soir, Ely m'envoya chercher du bois avant le coucher du soleil. L'hiver approchait doucement, et le temps s'était rafraichit. Je m'éloignais donc un peu dans la forêt pour aller chercher quelques brindilles. Alors que je me baissais pour ramasser un morceau de bois, un craquement se fit entendre derrière moi, je me retournais et me retrouvais face à face avec un serpent. Surprise, je tombais en arrière, ne lâchant pas le serpent des yeux, ceux-ci étaient écarquillés par la peur. Le reptile me regardait, sortant sa langue de temps en temps. Il s'approchait de moi tout doucement, j'étais tétanisée. C'est à ce moment là, que j'entendis ma voix pour la première fois.


- E... Ely...! Ely...!

Le serpent s'approcha un peu plus.

- ELYYYY!!!

Je tremblais de tous mes membres, je n'avais jamais été face à un serpent, Elymède m'en avait parlé mais ce n'était pas la même chose. Il attaqua, je criais en me cachant le visage. Mais l'attaque ne vint pas. Je pleurais, j'ouvris les yeux tout doucement et vit le serpent s'éloigner. En levant les yeux je vis Elymède qui me regardait en souriant. Elle se baissa et me prit dans ses bras.

- Tu as parlé!


Hein? Mais... Oui elle avait raison, j'avais parlé et crié... Je me serrais contre elle et on retourna au campement en riant. A partir de ce jour, je devins une vraie pipelette. Dès que j'avais une occasion, je parlais, même si c'était pour ne rien dire. Je chantais, parlais, criais. Ely m'écoutait. Je crois même qu'elle était encore plus heureuse que moi d'entendre enfin ma voix. Néanmoins un soir, on eut la conversation que je redoutais le plus. Elle me demanda de m'assoir près d'elle, ce que je fis.


- Dis-moi... Maintenant que tu parles, peut-être pourrais-tu me dire d'où tu viens et qui tu es? Je sais, c'est étrange de te demander ça, alors que cela fait déjà deux ans que l'on vit ensemble, mais ça m'a toujours tracassée.

Je l'avais écouté en gardant le silence, je baissais les yeux vers le sol et répondit doucement:

- Je ne sais pas...
- Tu ne sais pas?
- Non, quand tu m'as trouvé dans le désert, je venais de me réveiller. Je ne savais pas où j'étais et je ne me souvenais de rien.
- Je vois... Et ton nom?
- Je... Je ne sais pas...
- Bon, il va falloir t'en donner un alors.

Elle réfléchit longuement pendant que je la regardais.

- Quand j'étais enceinte, j'avais dis que si c'était une fille, je voudrais l'appeler Opaline. Tu peux t'appeler Opale, qu'est-ce que tu en penses?
- C'est super, j'aime beaucoup!
- Donc tu es Opale.

On rit toutes les deux, et c'est comme ça que je devins Opale la fille du désert. Ely aimait m'appeler comme ça, quand je ne parlais pas encore, elle me nommait « la petite fille du désert ». Cependant une question se posait: que m'était-il arrivé pour que je me retrouve nue dans ce désert. Jusque là je ne m'en étais pas vraiment soucié, mais Ely semblait chercher des hypothèses. Elle m'expliqua que le jour où elle m'avait trouvé était le lendemain de la pleine lune.

-Peut-être que tu as été mordue ce jour-là, et que ta première transformation s'est mal déroulée et tu as perdu la mémoire?

Je l'écoutais chercher ce qui m'était arrivé, mais je ne pouvais pas lui dire si c'était vrai ou non. Ma mémoire me jouait des tours et je n'en avais aucune idée. Je réussis tout de même à la convaincre d'abandonner cette idée folle de trouver la vérité. Elle m'écouta mais je savais qu'elle y pensait encore.


Bref, les années défilèrent encore, j'atteignis bientôt l'âge de quatorze ans, enfin à peu près puisqu'on ne savait pas mon âge exact. Mais Ely avait supposé que j'avais dix ans le jour où elle m'avait trouvé et ce jour devint mon anniversaire. La vie allait doucement, on était heureuse toutes les deux. On ne se souciait de rien, pas même de ce qui se passait autour de nous. Une fois Ely m'avait vaguement parlé de l'Empire mais sans plus, elle ne voulait pas avoir affaire à eux. Je me demandais pourquoi, mais je ne lui fit pas part de mes questions.

Un jour où on avait levé le camp, on décidait de s'installer pour la nuit dans une jungle. Ely semblait nerveuse, je ne savais pas pourquoi et elle ne voulait rien me dire. Le soir elle ne voulut pas se coucher et préféra rester dehors pour surveiller. Surveiller quoi? Je n'arrivais pas à comprendre ce qu'elle avait. Elle me demanda d'aller me coucher, ce que je fis mais sans réussir à dormir tout de suite, néanmoins le sommeil m'emporta.

Je fus réveillée en pleine nuit par un cri et des mouvements autour de moi. Je me levais et enfilais rapidement une tunique avant de courir dehors. Je faillis pousser un cri d'horreur: un homme-lézard tenait Elymède par le bras, elle ne touchait plus terre. Il y en avait partout, le feu de camp avait été éteind, nos affaires renversées, la tente fut détruite, les chèvres tuées. Ely criait, je compris que trop tard qu'elle me disait de partir. Mais je ne voulais pas partir, pas sans elle. Un autre homme-lézard m'attrapa par derrière, me plaquand les bras le long des flancs. Ely insultait son bourreau, ce dernier la jeta contre un arbre. J'entendis un horrible craquement alors qu'elle glissait au sol, inconsciente et blessée.

Là, je commençais à ménerver, mon corps bouillonnait de l'intérieur. Je sentais de l'énergie parcourir tout mon corps, je connaissais cette sensation pour l'avoir éprouvé tous les mois durant quatre années. Mon corps se métamorphosait. Je ne l'en empêchais pas. En quelques secondes, l'homme-lézard ne tenais plus une jeune fille mais une louve. Contrairement à la première fois où je m'étais transformée, je n'étais plus un louveteau, j'étais presque une adulte et cela suffit. Pour vous épargnez les détails, je peux vous dire que quand je repris conscience de ce qui m'entourait, la demi-douzaine d'hommes-lézard qui se trouvaient là, furent tués ou blessés mais ne pouvant plus bouger.

Je me dirigeais vers Ely en boitant. J'avais également été blessée en me battant, ma patte arrière droite était cassée, du sang coulait de mon dos et de ma tête. J'essayais de pousser Ely du museau, elle se réveilla doucement et me regarda. Elle sourit alors que je la poussais du museau en gémissant. Je ne pouvais reprendre forme humaine, il fallait que j'attende au moins douze heures sinon je devrais dormir, et m'endormir alors que des monstres peuplaient la forêt était une mauvaise idée.


-Opale... Pardonne-moi... Je n'ai pas été assez forte, je n'aurais pas du nous installer ici. Je n'ai pas été prudente... Tu vas devoir te débrouiller sans moi maintenant... Pars d'ici, cours.

Je secouais la tête pour lui dire que je ne voulais pas la laisser là, je ne pouvais pas l'abandonner comme ça. Elle se rassit péniblement, je voyais bien qu'elle souffrait. Elle me demanda d'approcher et attrapa ma tête entre ses mains pour plonger son regard dans le mien.


-Va-t-en d'ici! Pars! Et ne te retourne pas! Va dans les vallées Kilkran, demande à voir William, c'est mon frère.

Elle me lâcha et balaya le campement du regard. Elle mit quelques minutes à réussir à se lever, elle se dirigea vers la tente en boitillant, mais je voyais bien qu'elle allait vraiment mal. J'étais sure que le craquement que j'avais entendu venait de son dos. Elle ramassa un baluchon, elle fourra des vêtements dedans et quelques autres objets. Puis elle revint vers moi où elle s'affala à mes pattes. Elle accrocha le baluchon autour de moi, de façon à ce qu'il ne tombe pas. Puis fit passer la chaîne de mon collier autour de mon cou.

- Aller va-t-en!

Elle déposa un baiser sur le bout de mon museau et me poussa légèrement pour que je parte. J'obéis, mais me retournais pour la voir une dernière fois. Je partis en pleurant à la façon des loups et je ne pus la voir s'écrouler au sol pour mourir. Je crois que les jours qui suivirent, furent les pires de ma vie. J'avais repris ma forme humaine plusieurs heures après et je m'étais habillée. Je marchais à travers la jungle, dès que j'entendais un bruit je sursautais et me cachais. Je n'arrêtais pas de penser à Elymède. Je m'en voulais de l'avoir laisser seule comme ça. Plusieurs fois j'ai voulu faire demi-tour pour aller la voir, mais je n'osais pas, je n'y arrivais pas. J'avais peur de voir ce qu'il y avait là-bas.

Je quittais la jungle une semaine plus tard. Je jetai un dernier coup d'oeil vers l'endroit où j'avais quitté Ely et je partis. Je ne savais pas où se trouvaient les vallées Kilkran, mais je croisais des gens qui me montrèrent le chemin et je trouvais très vite. Les vallées se trouvaient entre les montagnes, je vis plusieurs villages. Quand je me rendis dans le premier, les habitants me regardèrent étrangement. Je demandais où je pouvais trouver William, mais personne ne semblait le connaître. Mal à l'aise je quittais l'endroit pour me rendre dans le second village qui se trouvait quelques kilomètres plus loin. Je dus faire quatre villages avant de trouver la personne que je cherchais.

En arrivant dans le dernier, je ne faisais plus attention aux regards hostiles des habitants. Je marchais dans une grande rue, en essayant de trouver quelqu'un qui pourrait m'indiquer où habitait William. C'est une jeune fille de mon âge qui m'attira à elle. J'allais à sa rencontre.

- Heu... Bonjour! Je cherche un certain William.
- William? Il habite dans la maison à la sortie du village.
- Merci beaucoup.

Je la saluais et me dirigeais dans la direction indiquée. Arrivée devant une petite maison en retrait du village, j'hésitais à frapper. Elymède m'avait dit que c'était son frère. Serait-il sympa tout comme elle? Je frappais... Un homme vint ouvrir. Il devait être un peu plus âgé qu'Ely, et je sus tout de suite que c'était lui, William. Il avait le même air que sa soeur. Je lui souris.

-C'est pourquoi? J'ai pas le temps.
-Heu... Bonjour, je... je viens de la part d'Elymède.

Son visage sembla s'assombrir en entendant son nom et il me claqua la porte au nez. Je restais sur le pas de la porte, bouche bée. J'attendis quelques minutes et frappais une seconde fois. Sa voix me parvint de loin.

- Je ne connais personne du nom d'Elymède. Va-t-en!
- Mais, vous êtes son frère, je le sais, vous lui ressemblez...

J'entendis des pas et la porte s'ouvrit de nouveau. Il me regarda d'un air hostile.

- Qu'est-ce que tu veux?
- Votre soeur m'envoit, elle...
- Pourquoi elle ne pouvait pas venir elle-même?
- C'est à dire que... Elle est m... morte...

Je sentis une larme couler le long de ma joue, je m'empressais de l'essuyer et levais les yeux vers lui. Il s'était rembrumit. Il hésita quelques secondes et me fit entrer. Il m'offrit une chaise et quelque chose à boire avant de me demander de raconter ce qu'il s'était passé. Ce que je fis. A la fin de mon récit, un silence s'était installé. Il avait fermé les yeux.

- Je vois... Elle veut que je m'occupe de toi...
- Je ne sais pas, elle m'a juste dit de venir vous voir.

Il leva la tête vers moi et me regarda. Et là, je crus vois Ely devant moi, il sourit, et c'était le même sourire que sa soeur. Je lui rendis son sourire. Il se leva, prit mes affaires et me demanda de le suivre. Je me levais. Il me montra une chambre et me dit de m'installer ici. Etonnée, je me retournais vers lui.

- Pourquoi m'acceptez-vous aussi vite? Vous ne me connaissez pas.
- Ca fait des années que je n'ai pas vu Elymède, quand on était petit, elle s'occupait de moi. Je suis le plus âgé mais, on aurait pu penser le contraire. Elle a fait beaucoup de choses pour moi, alors si elle me demande de prendre soin d'une jeune fille, je le ferais.

Je restais sans voix et le remerciais. Il sourit et sortit, me laissant m'installer tranquillement.


Je fus adoptée, que se soit par William ou par le village. Je compris très vite, que les femmes étaient discréminées, mais William n'était pas comme ça. Il fit de moi sa fille. Il était professeur de combat avant, il avait abandonné cette profession en venant vivre ici, mais quand je lui demandais de m'apprendre, il le fit. Il m'apprit à combattre, à me défendre. Quand je lui dis ce que j'étais, il n'eut pas peur de moi et m'aida à contrôler mes pouvoirs.

Pendant six longues années, il m'entraîna. Dans quel but? Aucun précisément, mais je voulais pouvoir me défendre. J'avais décidé de voyager, je voulais connaître le monde, et peut-être, un jour, découvrir qui j'étais vraiment. Je n'avais pas grand espoir de voir la fin de cette quète, mais pourquoi pas? S'il fallait donner un but à mon voyage, se serait celui-là.

Aujourd'hui, j'ai vingt ans. William et Elymède m'ont appris tout ce que je sais. Le grand jour est arrivé, j'ai décidé de partir. Ce matin j'ai dit au revoir à mon père adoptif ainsi qu'au village. Je sais qu'un jour peut-être je reviendrais, mais pour le moment, mon voyage commence...


Dernière édition par Opale le Dim 25 Mai - 14:43 (2008); édité 3 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 18 Mai - 18:07 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Janel
Sang mêlé

Hors ligne

Inscrit le: 30 Avr 2008
Messages: 78
Localisation: en mission pour l'Impératrice

MessagePosté le: Dim 18 Mai - 20:56 (2008)    Sujet du message: Opale Répondre en citant

 Cicatrisation sauf en cas de blessure causée par l'argent...  tu n'aurais pas lu la trilogie de Bartiméus??

En tout cas voila une deuxieme métamorphe, et les loups sont tres appréciés a ce que je vois. Influence de Zelda?? ^^

Enfin bref bienvenue!
_________________
"La Sagesse c'est d'avoir des reves suffisamment grands pour ne pas les perdre du vue quand on les poursuit". Oscar Wilde
http://meltina.xooit.fr/t17-Janel.htm
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Yorn
Impériaux

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2008
Messages: 36
Localisation: Au front

MessagePosté le: Lun 19 Mai - 17:59 (2008)    Sujet du message: Opale Répondre en citant

Bienvenue à toi gente demoiselle^^

J'attend la fin de ta fiche pour savoir si tu es amie ou ennemie^^
_________________
Il faut toujours tout voir, tout prévoir, sinon, c'est la défaite...
Revenir en haut
Destinée
Ange

Hors ligne

Inscrit le: 04 Avr 2008
Messages: 35

MessagePosté le: Lun 19 Mai - 18:17 (2008)    Sujet du message: Opale Répondre en citant

Salut à toi jeune demoiselle. Nous verrons selon ton histoire d'où tu proviens, même si j'en connais déjà une petite partie.

Sinon,le reste de ta fiche est acceptée.
Revenir en haut
Opale
Métamorphe

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mai 2008
Messages: 8

MessagePosté le: Mar 20 Mai - 08:21 (2008)    Sujet du message: Opale Répondre en citant

Merci à vous trois ^^


Janel a écrit:
 Cicatrisation sauf en cas de blessure causée par l'argent...  tu n'aurais pas lu la trilogie de Bartiméus??!

En effet j'ai lu la trilogie de Bartiméus (je la relis en ce moment d'ailleurs) mais je me suis inspirée de la saga d'Anita Blake :p


Janel a écrit:
En tout cas voila une deuxieme métamorphe, et les loups sont tres appréciés a ce que je vois. Influence de Zelda?? ^^

Non influence d'Anita Blake XD



Je n'ai pas encore eu l'occasion de commencer mon histoire, mais je vais le faire, promis Embarassed
J'espère l'avoir poster d'ici la fin de la semaine ^^"
Revenir en haut
Almira
Métamorphe

Hors ligne

Inscrit le: 08 Mai 2008
Messages: 29
Localisation: Derrière toi...

MessagePosté le: Ven 23 Mai - 14:32 (2008)    Sujet du message: Opale Répondre en citant

Ah...Anita Blake connais pas! XD mais je te souhaite la bienvenue! Alors...


BIENVENUE MA CHÈRE!!!

_________________
Almira Thelandria
Revenir en haut
Janel
Sang mêlé

Hors ligne

Inscrit le: 30 Avr 2008
Messages: 78
Localisation: en mission pour l'Impératrice

MessagePosté le: Ven 23 Mai - 16:15 (2008)    Sujet du message: Opale Répondre en citant

Bartiméus est une très bonne saga je trouve. Tu as l'air d'avoir de bons goûts littérairement parlant ^^.

Courage pour ton histoire, je suis sur que Destinée est prêt a t'aider pour des précision sur le monde etc...
_________________
"La Sagesse c'est d'avoir des reves suffisamment grands pour ne pas les perdre du vue quand on les poursuit". Oscar Wilde
http://meltina.xooit.fr/t17-Janel.htm
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Opale
Métamorphe

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mai 2008
Messages: 8

MessagePosté le: Dim 25 Mai - 14:44 (2008)    Sujet du message: Opale Répondre en citant

et voilàààààààààààà \o/

J'espère que l'histoire vous plaira \o/
Revenir en haut
Destinée
Ange

Hors ligne

Inscrit le: 04 Avr 2008
Messages: 35

MessagePosté le: Dim 25 Mai - 20:00 (2008)    Sujet du message: Opale Répondre en citant

Bon très bien, ton histoire est parfaite, je te donne ta couleur et si tu veux on pourra commencer un rp ensemble en attendant que tu ne rencontre quelqu'un d'autre... S'il y a des volontaires ici sinon, je vous en prie ne vous gênez pas!
Revenir en haut
Janel
Sang mêlé

Hors ligne

Inscrit le: 30 Avr 2008
Messages: 78
Localisation: en mission pour l'Impératrice

MessagePosté le: Dim 25 Mai - 22:03 (2008)    Sujet du message: Opale Répondre en citant

Moi j'aurais bien voulu surtout que le personnage sonne intéressant mais j'ai mon rp avec Yorn et Almira. Quoique... on peut toujours les faire concilier non?
_________________
"La Sagesse c'est d'avoir des reves suffisamment grands pour ne pas les perdre du vue quand on les poursuit". Oscar Wilde
http://meltina.xooit.fr/t17-Janel.htm
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Opale
Métamorphe

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mai 2008
Messages: 8

MessagePosté le: Lun 26 Mai - 16:42 (2008)    Sujet du message: Opale Répondre en citant

Héhé ^o^
Janel> mon histoire fait huit pages word Razz

Pour le RP, je m'en fiche, c'est à celui qui veut XD
Revenir en haut
Janel
Sang mêlé

Hors ligne

Inscrit le: 30 Avr 2008
Messages: 78
Localisation: en mission pour l'Impératrice

MessagePosté le: Mar 27 Mai - 18:13 (2008)    Sujet du message: Opale Répondre en citant

Bah ca devrait pas tarder je pense ^^
_________________
"La Sagesse c'est d'avoir des reves suffisamment grands pour ne pas les perdre du vue quand on les poursuit". Oscar Wilde
http://meltina.xooit.fr/t17-Janel.htm
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Yorn
Impériaux

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2008
Messages: 36
Localisation: Au front

MessagePosté le: Sam 31 Mai - 20:44 (2008)    Sujet du message: Opale Répondre en citant

Huit pages... C'est tout ?

http://rpg.xooit.biz/t2258-Premices-d-une-amitie-macabre.htm

10 pages word^^ de la part d'un ami et attention, une amie a décidé d'en faire quinze rien que pour l'embêter^^

Mais alors... ennemie ou ami de l'empire ?
_________________
Il faut toujours tout voir, tout prévoir, sinon, c'est la défaite...
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:45 (2018)    Sujet du message: Opale

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Meltina RPG Index du Forum -> Archives -> Archives Fiches Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com